Ouvrier Du Regard – Coup de coeur photographique

jsub-kollar-musee

Je suis allée voir l’exposition Ouvrier du regard sur l’oeuvre photographique de Fançois Kollar la semaine dernière.

Je crois que j’aurais pu passer des heures dans les galeries à regarder ces images d’un temps que je n’ai pas connu, mais pour lequel je suis éprise d’une grande nostalgie.

Ce n’était surement pas facile facile la vie dans les années 30, la condition ouvrière ne fait pas particulièrement rêver, et il me parait difficile d’imaginer transposer ma vie dans cette époque. Mais il se dégage de ces clichés une grande force, et surtout, une force de l’humain. Parce que Kollar a réalisé une multitude de clichés sur le sujet La France travaille, il a silloné la France pour aller à la rencontre des ouvriers et immortaliser leur travail, leurs gestes, leur rapport aux machines, et c’est autrement plus impressionnant qu’un homme moderne derrière son écran d’ordinateur.

 

Aujourd’hui, à coup de modèles photoshoppés, de diktats toujours plus improbables les uns que les autres, de cette omniprésence de la technologie qui malgré toutes les possibilités qu’elle apporte, me parait un peu castratrice, j’ai l’impression que l’humanité s’est un peu perdue. Tout s’est complexifié, ça me semble dommage.

françois-kollar-3

J’aimerais connaître la vie comme elle était avant tout ce progrès.
J’aimerais me promener dans les rues du Paris des années 30.
J’aimerais voir la Haute Savoie plus sauvage, quand la nature avait encore un peu le dessus et qu’il fallait s’adapter à son rythme et non l’inverse.
J’aurais voulu suivre François Kollar dans ses périgrinations.

Alors franchement, si toi aussi, tu aimes les témoins et vestiges du passé, va voir l’exposition sur Kollar. Tu auras l’occasion de voir un cliché d’une femme qui skie en combinaison tricotée, de voir des hommes un peu burinés travailler l’acier, le charbon et le lin, mais ce n’est pas tout. Parce que le clou du spectacle, c’est que la femme de François Kollar s’appelait Fernande Papillon, et qu’ensemble, ils avaient l’air super fun 😉

Ouvrier du regard, François Kollar
Exposition à la galerie du Jeu de Paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris
du 9 février au 22 mai 2016

(Et aussi, y’a l’exposition sur Helena Almeida qui est chouette. C’était un peu conceptuel pour ma grand-mère, mais moi j’ai beaucoup aimé. C’est en même temps que François Kollar, et voir les deux à la suite, c’est ce que j’appelle une bonne journée au Musée )

helena-almeida

Publicités