Mes talents inutiles

jsub-plante

J’ai acheté un basilic en pot pour chez moi.

Déjà parce que c’est super bon, ensuite parce que ça sent super bon, et aussi parce que c’est trop mignon.

Seulement voilà. 
Il a été victime de mon talent inutile, voire handicapant : faire mourir les plantes.

Les talents inutiles voire handicapants, c’est plutôt une plaie tu vois. J’ai tout essayé pour conjurer le sort, même acheter des plantes grasses réputées increvables et à l’entretien hyper facile. Ben non. Mon environnement leur est hostile. Je leur suis hostile.

Ca m’a un peu attristée, mais c’est un peu comme tout. Quand on est conscient des choses, on s’adapte. Du coup maintenant j’achète des fleurs : la durée de vie est limitée, on le sait dès le début, ça réduit les frustrations.

Du coup, j’ai commencé à faire la liste des talents inutiles voire handicapants que j’ai développé au fil des années, pour tenter de leur trouver une solution.

  • Ne pas finir mes tasses de thé et de café.
    Voire même, les préparer avec joie, entrain et conviction et les oublier. Et les refaire chauffer 2 heures plus tard. Et les oublier à nouveau. Et entrer dans un cercle de loose sans fin.
    Solution : Arrêter de boire du thé et du café. 
  • Prévoir des soirées la veille du jour de la compta.
    C’est clairement pas le bon plan. Ne reproduis pas ça chez toi sans la présence d’un adulte, tu t’exposerais à de trop gros risques.
    Solution : Engager un comptable.
  • Acheter des vêtements trop petits.
    Non pas par erreur, mais parce qu’ils sont trop beaux , que c’est la dernière pièce disponible mais qu’il me les faut absolument . Et donc, ne jamais les porter.
    Solution : Me procurer un cerveau doté de jugeotte.
  • Anticiper de façon complètement aléatoire, arbitraire et inadaptée.
    Ce qui m’amène à échanger  mon parapluie contre mes lunettes de soleil, alors qu’en fait il pleut. Et ça c’est le bonheur.
    Solution : Ajouter les notifications à l’appli météo. Ou paramétrer Siri pour qu’elle me lance des décharges électriques quand je fais ce genre d’action toute pourrie.
  • Me concentrer sur l’essentiel.
    Et donc, aller faire des courses dans le but d’acheter des cotons tiges, et acheter tout sauf des cotons tiges. Mais par contre, me retrouver avec un stock de compotes pomme châtaigne pour tenir un siège.
    Solution : Passer aux solutions développement durable pour le nettoyage de mes oreilles, et m’affranchir des cotons tiges pour le reste de mes jours.
  • Perdre des éléments dans un espace fermé.
    Comme ma pince à épiler dans la salle de bain par exemple. Pour la retrouver trois semaines plus tard bien sagement à sa place. Évidemment.
    Solution : Installer la fonction localiser sur ma pince à épiler. Ou me procurer un cerveau doté de mémoire.
  • Gérer mon budget exactement de la même manière quels que soient mes revenus.
    C’est à dire : tout  dépenser. Avec pour résultante : en milieu de mois c’est la dèch, le 24-25, c’est le vide intersidéral. Et j’aurais beau me dire: je fais attention à mes sous, s’il en reste, tu peux être sûr que je vais dépenser 250€ dans la foulée, en deux jours.
    Mais pas dans des trucs utiles comme un aspirateur, pièce manquante à  mon intérieur depuis 6 mois. Non, plutôt du fond de teint et une paire d’escarpins. C’est vachement plus intelligent.
    Solution : Donner mes accès bancaires à mon papa, pour qu’il gère tout ça à ma place. Et casser ma carte bancaire en deux aussi.
  • Rationaliser ce qui est un peu inhabituel.
    Par exemple, j’ai une légère tendance à paniquer quand le téléphone ne répond pas chez mes parents. Ça veut forcément dire qu’ils ont sauvagement été assassinés par un cambrioleur. Pas qu’ils ont une vie sociale.
    Solution : Arrêter de regarder les experts et esprits criminels.
  • Optimiser et hiérarchiser les tâches.
    Faire le ménage, pas prioritaire.
    Par contre, plier consciencieusement mes sacs plastiques et emballages en quatre, ça c’est so fucking important. Surtout pour les mettre à la poubelle en moyenne une demi heure plus tard.
    Solution : Consulter. Et enbaucher un agent d’entretien (parce que femme de ménage c’est sexiste )
  • Le souci du détail.
    Je peux passer une demi heure à ratisser mon appartement à la recherche de mes vêtements sales pour faire une lessive, la lancer, et une fois que la porte est verrouillée qu’il faut bien attendre la fin de la lessive pour la rouvrir,  retrouver une chaussette sale et orpheline par terre.
    Solution : Me détendre, c’est pas vraiment important ça en vrai. Et éradiquer les chaussettes de mon mode de vie.

Et toi, t’as quoi comme talent inutile, voire carrément handicapant dans la vie ?
T’as d’autres solutions à me proposer, pour que je puisse enfin profiter d’une vie sereine ?

Publicités

De la douceur dans mes journées.

jsub-aime-putain-aime-moi
Elephant – C’est tout

Tu le sais, j’aime beaucoup faire des listes.
Notamment des choses qui me remplissent le coeur.
Parce que j’aime me souvenir de ces miracles du quotidien, ceux qui font que la vie est belle, mais à côté desquels on peut facilement passer si on ne fait pas attention.

Militons pour la reconnaissance des petits riens de la vie qui font tout !

  • Les rayons de soleil au réveil.
    J’ai toujours les volets cassés, et je n’ai toujours pas de rideaux à ma fenêtre, mais en ce moment, le ciel est beau à Paris le matin. Le soleil vient caresser le mur en face de mon lit, et même si j’ai jamais envie de me lever, je suis contente de le faire.
  • Le nouvel album d’Elephant. 
    J’ai rarement eu un coup de foudre aussi intense pour un album entier.
    Mention toute particulière à la chanson C’est tout, qui m’emporte et me transcende.
  • Le bouquet de fleurs sur ma table.
    Les Enfoirés l’avaient dit et je ne les ai pas cru… Mais le pouvoir des fleurs !
  • Le concert de Ben Mazué sur une péniche, malgré la pluie.
    Ben Mazué, je ne connaissais pas. Ou pas vraiment. Maman m’avait dit que c’était trop bien et j’avais pas pris la peine d’écouter. Pourtant depuis le temps, je devrais savoir qu’il faut toujours écouter sa maman. Du coup j’y suis allée sans savoir à quoi m’attendre et c’était une bien jolie découverte.
  • Le ballon coeur gonflé à l’hélium des Paulettes qui tient depuis 3 mois dans le bureau.
    Tout le monde en a marre, tout le monde veut s’en séparer, il est tout dégonflé et il n’a plus de forme, mais moi je l’aime toujours autant.
  • L’exposition au jardin des plantes sur les dessins botaniques d’Orchidées.
    En extérieur un dimanche après-midi ensoleillé, c’est le programme idéal
  • Les billets de train pour aller à Bordeaux à la fin du mois.
    J’ai hâte d’aller découvrir le petit nid de ma toute petite soeur de 22 ans, et d’avoir toutes les deux à nouveau 15 ans en terme de débilité. Le tout au soleil au bord de la Garonne.
  • Cette chose non définie et légère qui prend son temps, qui me réconcilie avec la patience et le lâcher prise, et qui parfois, me fait niaisement sourire dans le métro.

Allez, partage avec moi tes miracles du quotidien !

[ Récit du quotidien ] – Je ne sais pas gérer mon frigo

jsub-frigo-recalcitrant
Ceci est un vestige du passé, une ancienne illustration retrouvée aux détours des internets, qui se prêtait plutôt bien au thème finalement.

Je ne sais pas gérer mon frigo.

C’est un gros problème ça tu sais, parce que du coup je me nourris mal.

C’est comme s’il n’y avait pas de juste milieu entre vide intersidéral et surpopulation étouffante dans cet éco système qui régit ma cuisine.

C’est sûrement parce que je n’aime pas faire les courses.
Parce que la vie est trop chère et que je préfère aller boire des coups et aller au resto.
Et que j’ai un peu la flemme aussi.
Déjà que je replie mon canapé lit tous les matins, il ne faut peut-être pas trop en attendre non plus.

Mais par moments, je me dis qu’il est temps de me prendre en main.

Alors je vais au carrefour en bas de ma rue, armée de mon sac réutilisable et d’une liste faite un peu à la va vite parce qu’on ne sait jamais ce qu’on va acheter avant d’être dans les rayons et je pars en mission réhabilitation du réfrigérateur.

J’achète des produits cools, je joue à la grande, celle qui fait super attention à manger des choses saines et de qualité parce qu’on ne badine pas avec la nourriture, je flâne dans les rayons, j’imagine les plats dont je pourrais me sustenter et me délecter et pour peu que j’ai déjà faim à ce moment là, je me lâche complètement.

Je rentre chez moi dans une espèce de halo heureux et bienveillant, je range mes produits dans mon frigo, je me cuisine un repas et demi, et je pense que l’affaire est dans le sac. Je me dis qu’enfin, mon frigo sera un havre de paix et une source de contentement.

Et puis un soir, je sors tard du boulot et j’ai la flemme.
Un midi, alors que je m’étais préparé un plat sympa, je mange au resto trop cool qui est à côté du bureau parce que ça me fait vachement envie.
Je vais boire beaucoup trop de bières pour un soir de semaine, et je m’écroule dans mon lit en rentrant. Même que je ne me démaquille pas, et ça, ça craint.
Je pars en week-end pendant quatre jours et dans mon enthousiasme débordant à l’idée de voir les copains, je délaisse complètement mon surplus de chou fleur / carottes /tomates cerise / fenouil.

Alors mon frigo entre en dépression.
Il se laisse mourir.
Et quand je m’en rends compte, je jette tout.
Ouais c’est moche.

Retour à la case départ.
Frigo vide, ventre qui gargouille, je n’ai plus aucune motivation aucune, pour rendre de sa splendeur et de sa superbe à mon frigo.

Je vais avoir 27 ans et je ne sais pas gérer mon frigo.
J’ai de sérieux problèmes.

Franchement, tu fais comment toi, pour gérer ta vie et ton frigo en même temps ?